MODe9

Scroll to Info & Navigation

Inspiration

1 - Oui à la jupe plissée (le plus : sa couleur argentée. Sans doute la Cédric Charlier) portée avec des runnings (cette fille on dirait Garance Doré, non ? C’est elle ?).

2 - Oui à la chemise liquette, longue et ouverte sur une jupe ou un pantalon pour un joli jeu de superpositions pas prise de tête.

3 - Oui au manteau XXL à l’imprimé fondu.

4 - Oui à la veste en jean smart, en jean brut et à la coupe impeccable.

Oui à la diversité de ces silhouettes, à l’opposé l’une de l’autre et pourtant toutes dans l’air du temps.

Collab

La stratégie marketing bien huilée, du Groupe H&M, qui consiste à faire monter très lentement la mayonnaise, commence à nous livrer quelques ingrédients qui composeront leur prochaine collab avec Alexander Wang (jusqu’à l’indigestion ? on verra ça…).

Cet opus risque fort d’attirer une clientèle plus jeune qu’à l’ordinaire, tant le jeune homme excelle dans la réinterprétation des codes du vestiaire sportif, si cher à la jeunesse 2.1.

On laissera donc l’ensemble legging/brassière à celles qui veulent préparer les prochains J.O de Bobsleigh (ou à Rihanna…hum hum) pour un remake de Rasta Rocket.

ainsi que les pièces trop caricaturales (comme cette parka oversize ! À moins de mesurer 1m80), au profit de petites pièces tels que chemise (une de ses spécialités), pull légèrement cropped, top ou encore d’une belle paire de boots qui j’en suis sûre feront parti de la collection et qui devraient prendre place durablement dans notre dressing.

Enfin moi ce que je préfère chez Alexander de Wang c’est quand même Alexander Wang !! :-) (cougar moi ? jamais de la vie ! ah ah)

Elle vous fait envie cette collab ou not at all (quel jeu de mot….je m’appelle Attal !)

Kaki part III

image

Si vous en avez marre, ne vous inquiétez pas ce n’est que le début :-) !

Une petite variation sur le même thème, toutefois, kaki et noir et en mode plus estivale qu’automnale (comme je le répète à chaque fois, puisqu’il fait beau profitons-en encore).

Cette jupe est canon car elle peut se porter de diverses façons. Les vêtements caméléons sont ceux que je préfère. Avec eux, on peut jouer à l’envie, du coup on s’en lasse beaucoup moins rapidement. Au contraire un vêtement qui ne se porte qu’avec tel type de chaussure, tel type de veste vous lassera irrémédiablement.

Je l’ai re-portée hier (c’est bon signe), avec des talons et ce n’était plus la même jupe !

Sinon, si vous ne savez pas quoi faire de votre pull, au lieu de bêtement le nouer autour de la taille, ou de le laisser pendouiller sur votre sac, servez-vous en d’écharpe, en nouant les manches artistiquement autour de votre cou. C’est le gimmick du moment !

Sinon renfilez-le (ou laissez votre chéri le porter !).

Jupe Isabel Marant étoile, chemise H&M (ancienne), sweat Zara (ancien), espadrilles Manebi, sac boy Chanel, lunettes the Row

Ah si j’étais riche !

Un petit aperçu de ce que j’aurai acheter cette saison si j’étais blindée…

Oui parce qu’entre la façon dont on s’habillerait si la notion d’argent n’existait pas (ah si la notion d’argent n’existait pas….tout un concept auquel la nature humaine est loin d’être préparée !) et la façon dont on s’habille réellement, il y a un gap, un gouffre, un monde…

Ceci étant dit, ces vêtements sont souvent bien trop précieux, leurs étoffes trop lourdes, leurs coupes parfois trop entravées pour que nous les portions au quotidien, ou tout du moins dans notre quotidien. Ainsi, il nous faudrait aussi changer de vie pour en profiter pleinement.

Imaginez-vous prendre le métro, allez chez le dentiste, à la boucherie et au Monop, emmener vos enfants au parc, ou tout simplement vous pointez au bureau dans de telles parures ! Déjà que moi, je passe pour l’excentrique du quartier avec mes tenues quelque peu décalées. Que j’ai enduré durant des années les regards en coin des autres mamans à la sortie de l’école, genre “mais où elle va celle-la sapée comme ça ?”.

Alors voilà, puisque nous on n’a ni chauffeur, ni soirées red-carpet, ni tout un staff qui gère les contraintes du quotidien à notre place, que l’on ne bosse pas au Vogue US (oui parce qu’ici même au Vogue, les filles vont bosser en jean) et que de toute façon on n’a pas 10 000 euros à claquer dans une tenue, et bien on se débrouille autrement et ce n’est pas si mal. La vie est bien faite, finalement.

(Je suis quand même un peu menteuse, car il y a tout un tas de trucs là-dedans que je porterai sans aucun doute, même pour descendre les poubelles !)

Et vous, vous auriez craqué sur quoi dans ces collections automne-hiver si  vous aviez les moyens ?

You talking to me !

You talking to me ? Ha ha (avouez, je n’ai pas l’air commode sur cette photo !).

Le cuir est très présent cette saison et pas seulement sous forme de slim ou de biker (presque trop facile), mais sur des pièces plus complexes comme une jupe midi corolle (comme ici), une robe polo, une jupe culotte, un pantalon boyfriend ou 7/8 large et surtout pas forcément en cuir noir.

Le problème est que ces pièces ne sont, non seulement pas évidentes (c’est clair que vous n’amortirez pas la bête, en la portant 3 fois par semaine), mais qu’elles sont en plus onéreuses (ce sera les vacances ou la jupe culotte ! Dites ça à votre mec ça va lui plaire. En plus les mecs détestent les jupes culottes ! :-)). Cela dit Zara nous a sorti un tissus qui imite parfaitement le cuir souple, sans en être (je ne suis pas convaincue mais pourquoi pas).

La bonne nouvelle (ou pas d’ailleurs ! hi hi c’est à vous de voir….)  est que l’on peut facilement trouver ce type de pièce en friperie (bon le cuir était souvent bien moins souple et fin à l’époque mais on ne peut pas tout avoir). Vous pouvez aussi les modifier quelque peu. Ma jupe est d’ailleurs une vintage qui m’a été offerte par ma copine Madoki. 

Chemise en jean Zara (new co), jupe vintage en cuir, méduses Robert Clergerie (hyper anciennes), sac boy de Chanel, lunettes The row

Vous pouvez toujours me dire “vas te faire kuirrrr un oeuf !” :-)

Maille à partir

Je vous en parlais ici il y a 6 mois, la maille sera la vedette de l’hiver, sous toutes ses formes (pantalons, robes, manteaux, pulls évidemment) et en total look s.v.p., sinon c’est beaucoup moins drôle. Un petit air seventies qui fleure bon la baba-coolitude. Manque plus que les sabots, la couronne de fleur, la cigarette qui fait rigoler et les fromages de chèvre dans la besace en macramé. :-)

Moi, j’adore ! Et vous ?

Fifty shades of kaki

Je crois bien que je suis partie pour vous jouer, cette saison, un remake du best-seller érotico-nuancier (!),  mais cette fois en kaki et en moins cochon, mais en moins cucul la praline aussi, j’espère !

Je ressors tous mes vieux trucs qui ont de près ou de loin, plus ou moins cette couleur. Parce qu’il est hors de question que je porte déjà des vêtements d’automne. Je tiens à profiter au maximum de la clémence de cet été indien, la nouvelle co attendra bien encore un peu.

Et puis, je trouve très jouissif (voyez j’emploie même un vocabulaire similaire à celui du livre - que je n’ai même pas lu d’ailleurs - mais j’imagine…je fantasme ! :-)), de ressortir de mon armoire, des pièces dont je m’étais lassées et de leurs trouver de nouvelles associations.

Enfin, pour relever le tout, mettre un peu de piment dans la routine (héhé), mon gimmick sera d’assaisonner (rho là c’est vraiment cochon) d’une petite touche d’or (l'autre jour c'étaient les shoes), aujourd’hui ce sera le sac (demain les menottes !).

Une vraie tigresse…

Et, tiens, sur quoi suis-je assise ? (bon allez, j’arrête ça devient vraiment n’importe quoi !).

Chemise Maje (très ancienne) sur une blouse Zara (collection de l’été), jupette Isabel Marant (très ancienne elle aussi), méduses Heimstone (printemps/été), sac YSL (de l’époque où on disait encore comme ça !), lunettes Isabel Marant

Vous allez encore en souper puisque j’ai déniché en friperie, une jupe en daim et un pantalon coupe 80 (large et serré dans le bas) qui sera un bon ersatz au cuir Isabel Marant de la saison (je n’avais pas le coeur de mon couper un bras pour ça ! :-)).

Appelez-moi Kakira ! (je vous jure que je n’ai encore rien bu !)

C’est reparti

Et c’est reparti pour près d’un mois de défilés (Printemps/Été 2015) à travers le globe. On commence par New-York, puis ce sera le tour de Londres, Milan pour enfin finir en beauté à Paris (toujours garder le meilleur pour la fin).

Je ne vous ferai pas ici un récap exhaustif de tous les shows (les magazines sont parfaits pour ça) mais je vous parlerai juste de ce qui m’a plu ou vraiment déplu ou encore de ce qui m’a interloqué.

Je commence par Altuzarra qui donne sa définition, un peu plus chaque saison, de la féminité moderne. Pas de surenchère, pas de fantasme de la femme caricaturale, seulement une silhouette juste !

Alexander Wang ou “Les gardiennes de la Galaxie”. Habitué à réinterpréter les tenues sportwear si chères à l’Amérique, Alexander wang nous embarque cette fois dans une autre galaxie avec ses silhouettes semblant taillées pour la science-fiction. Le carton des films de super-héros n’y est sans doute pas pour rien.

The Row - L’allure monacale si chère aux soeurs Olsen pourrait-être boring si elle n’était pas aussi bien maitrisée et luxueuse. La sérénité qui émane de ces silhouettes donne envie de se mettre au yoga (non je déconne ! :-)).

3.1 Phillip Lim - Pour le moment, c’est mon coup de coeur ! Le jeu de découpes subtil, la nonchalance, la féminité tout en douceur, l’ultra contemporalité de cette allure me parle.

Au rayon fashionistas, on semble avoir calmé le jeu, le mot d’ordre “simplicité/féminité” ! Ça fait du bien…

Photos : Tommy Ton, Garance Doré

Même si certaine s’égare encore. Trop de tendances accumulées tuent la tendance :-) !

Vous suivez les défilés, vous aussi ? Quels sont vos coups de coeur ?

Le tube de l’hiver

Je vous en parlais ici, de mon envie pour cette nouvelle silhouette. Alors la voilà. Le retour de la jupe tube !

Je me souviens que je portais ça, dans un temps fort fort lointain (“arrêtes ton char mamie !”). C’est même grâce à ce type de jupe “moule-fesse” que j’ai pécho mon mari ! Agrrr l’aveu qui tue ! (enfin c’est lui qui m’a dit ça après, parce que moi j’étais juste une innocente jeune-fille, à la base !) (bon on est encore ensemble, c’est donc que ce n’était surement pas mon seul atout :-)).

Bref, c’est quoi une jupe tube ?

À ne pas confondre avec une jupe crayon, c’est presque pareil mais c’est le tissus qui diffère. La jupe tube est, soit en maille, soit en jersey de coton ou de soie. On la reconnait au fait qu’elle épouse voluptueusement les formes. Elle peut-être courte (mais là c’est bimboland), au dessus du genoux (bof bof), longueur midi (comme ici) ou carrément longue (on va en voir plein cet hiver aussi). Elle t’ oblige à aller à ton cours d’abdo-fessiers de manière très très régulière, à mettre une culotte qui ne marque pas (je ne porte jamais de string, moi !) (la fille qui raconte sa vie la plus intime) (faites gaffe à la fin du post je vais vous raconter comment j’ai conçu mes enfants, si je continue sur cette pente savonneuse !), à toujours emporter avec vous une veste un peu longue (à moins que vous soyez d’humeur frondeuse ! Ou que vous cherchiez à vous marier !) (Y a t-il une féministe pour me faire la peau sur la blogo ?). Mais en dehors de ces quelques recommandations, elle est hyper confortable et facile combiner.

Et si vous pensiez que j’allais tomber la veste, c’est perdu :-))

Jupe American Apparel, tee-shirt coppred Maje (ancien), veste smoking xl Isabel Marant (ancienne), stan smith Adidas, sac ps11 Proenza Schouler, lunettes The row, manchette vintage Pogi, colliers Louise Hendricks, delphine Pariente, Lara Melchior pour &other stories

Alors, prêtes pour le tube de l’hiver ?

WHA

Hi hi qu’est ce qu’on rigole !! Une petite danse improvisée sur les trottoirs parisiens, il ne nous en faut pas plus pour nous mettre en joie !

C’est aussi l’occasion de vous annoncer le prochain album de Nina Attal (ma fille, pour ceux qui n’auraient pas tout suivi :-)), WHA (wahouuuuu) qui sortira fin septembre dans les bacs. Encore plus funky que le précédent, il a été enregistré à New York avec des musiciens de renoms. Comme Yellow 6/17 (et le premier EP, Urgency), on retrouve Nina et Philippe Devin à la compo et toujours le même fil conducteur, la musique black américaine qui leur est si chère.

Allez les voir en concert si ils passent par chez vous, Show case le 7 octobre au Divan du Monde à Paris et une autre date parisienne début 2015 (pour le reste, vous pouvez consulter le calendrier des dates sur son site), parce que, ce n’est pas parce que c’est ma fille, mais ça déboite méchamment et fait bouger les pieds assurément.

Robe Bash, boots Roseanna, sac miu miu, lunettes Céline

Album Wha, Nina Attal, sorti fin septembre chez Pias

Bon plan du jour

Inès de la Fressange, Notre représentante nationale qui symbolise à elle seule le fantasme du style “la parisienne” à travers le globe sort aujourd’hui sa deuxième collection collaborative avec le géant de la fringue-casual-low cost Uniqlo.

Ce que j’en pense…

Cette collab est on ne peut plus cohérente. Uniqlo vend des vêtements basics, Inès de la Fressange a un style intemporel composé de pièces les plus fondamentales du dressing. Chemise, blazer, slim, marinière, pantalon droit, caban, trench, denim…

Je me suis rendue compte sur place de la finition des produits. C’est très honorable. D’autant que ce sont des vêtements destinés à s’incruster à long terme dans notre armoire puisque indémodables, ce qui représente un bon investissement (les prix ne sont, en plus, pas très élevés. 79e une veste en tweed, 129e le caban). C’est donc bel et bien un bon plan !

Ce que je pense d’Inès de la Fressange…

Elle est presque malgré elle, devenu l’emblème de la P

arisienne dans l’hexagone aussi bien qu’à l’étranger (pour preuve le succès mondial de son livre “La parisienne” justement), cela tient-il au fait qu’elle est été longtemps l’égérie de la maison Chanel (maison parisienne par excellence) ou à son style à proprement parlé (qui est pas mal calqué sur celui d’Audrey Hedburn dans son quotidien, non ?) ? 

Certes elle a su développer une signature-style comme l’on dit, mais cette signature n’a pas beaucoup évolué depuis 1/4 de siècle et reste très classique. Et puis ce style très preppy doit beaucoup à sa silhouette longiligne mais peut vite tomber à plat sur une personne lambda. Cela dit, elle a l’air très “bonne copine” et sympathique mais est un peu trop maniérée à mon goût (syndrome de la poseuse comme beaucoup d’ancien mannequin !) (rho je vais me faire des ennemies là ! Mais vous savez que je ne  suis pas langue de bois) (et puis je l’aime bien quand même cette femme).

C’est juste que selon moi, la représentante de la Parisienne devrait être un peu plus audacieuse dans son stylisme (Paris reste la Capitale de la mode). Et devrait faire évoluer son vestiaire au gré des saisons, tout en gardant son style (à la fois, je suis peut-être complètement de mauvaise foi, parce que je ne scrute pas ces looks à la loupe). Pourtant, je partage complètement sa théorie sur les fringues. Lorsqu’elle dit qu’il faut s’amuser avec les vêtements, les matières, mixer, décaler, tout ça me parle.

En fait, Inès de la Fressange n’incarne pas La Parisienne, mais toutes les femmes, dans leur quotidien, dans le monde, qui vont bosser, aiment la mode mais sans en être victimes. C’est sans doute pour ça qu’elle plait au plus grand nombre. C’est donc juste une erreur d’intitulé !

Godillots

Deuxième hiver placé sous le signe du croquenot, afin de garder les pieds bien ancrés dans le sol !

Cette saison, ils se sont adoucis par rapport aux variations débridés de l’année passée (voir ici). Ces chaussures tout terrain sont taillées pour affronter les terres hostiles et les hivers rudes ! Les designers s’intéresseraient-ils à l’actualité géo-politique ? J’en doute, tant le microcosme de la mode ne semble pas vivre sur la même planète que nous et se protège des tristes réalités de ce monde, pensant que la seule question qui vaille d’être posée est “le rose est il vraiment tendance cette saison ?”. Bon j’abuse peut-être un peu, mais pas tant que ça, je vous jure !

Alors qu’ici on se pose les vraies questions !! - Avec quoi porter ce type de souliers ? :-)

- Avec du très court, une mini (pas trop moulante) imprimé, des collants opaques ou en laine, un large pull en maille douillette.

- Avec une longue robe en maille jersey ou en soie fluide.

- Avec un pantalon 7/8 (il faut voir toute la chaussure) et laisser entrevoir un peu de peau (on n’est pas des bonhommes non plus !).

- Une petite robe féminine au dessus du genoux reste l’option la plus simple (ou une robe pull).

- Les plus téméraires oseront la longueurs midi mais sauf si vous mesurez 1m80, l’effet sera peut-être pointu mais pas franchement gracieux (à vous de voir).

Propriétaire moi même d’une paire de doc stylisé de chez Heschung (que j’adore), depuis plusieurs années et de Buckles de Balenciaga, je dois vous dire, que ce type de chaussures, si l’on veut garder un minimum de féminité, n’est pas simple à associer et requiert un peu de prise de tête pour les porter correctement. En gros, il s’agit de construire sa tenue autour de la chaussures et non l’inverse. Le duo slim/godillots étant un peu trop simpliste à mon goût (sauf pour un week-end à la campagne…).

Ça vous tente ce type de modèle ?

Ma rentrée des classes

Aujourd’hui c”est la rentrée des classes… (bonne rentrée à tous les petits et les grands nenfants !).

Et moi aussi j’ai ma liste de fournitures ! Qui n’a rien à voir avec de la papeterie, comme vous pouvez l’imaginer, mais plutôt avec le genre “textile” (comme Chouchou “J’adôôôre le tissus”).

Pourtant cette année, ce n’est pas tout à fait le même cérémonial qu’à l’ordinaire. Tout d’abord, je n’ai pas anticipé durant les soldes d’été, comme je le fais souvent, en profitant des bonnes affaires, pour entamer mon vestiaire d’automne. Ensuite je n’ai fait aucun plan sur la comète durant tout l’été, je n’y est d’ailleurs absolument pas pensé. J’ai bien acheté quelques magazines, mais je ne les ais même pas ouverts, trop absorbée par de vrais bouquins ou trop occupée à faire la folle et du coup à m’endormir sur la plage…

Alors que généralement, dés les 10 premiers jours de mon retour, j’ai fait à peu près le tour des grands magasins (là où les collections sont en place le plus rapidement). Là, c’est à peine si j’ai fait un mini tour au Bon Marché (pour dire bonjour à une amie !).  Nan mais c’est quoi ce bordel, je suis en dépression ou quoi ?!!! :-)

Non, je n’ai juste pas envie de griller mes cartouches tout de suite ! Enfin cartouche, cartouche, c’est vite dit, parce que je suis plutôt à sec, oui !!! Comme tout le monde, rentrée de vacances = fauchée. L’équation vacances + dépenses de la rentrée pour les enfants (petits et grands) + impôts = Nada. Mais lorsque que je parle de griller les cartouches, il s’agit aussi de savoir prendre le temps de découvrir petit à petit les collections, afin de ne pas être blasée dés le 15 septembre (on a 6 mois à tenir !), de ne pas se précipiter pour regretter 1 mois plus tard. Je n’ai absolument plus envie de jouer la course contre la montre, pour savoir qui sera la première à dégainer tel ou tel truc. Du coup, je ne suis tellement pas pressée que je peaufine ma liste. J’ajoute pour retirer 2 jours plus tard, parce que “est ce que j’ai vraiment besoin d’une autre paire de croquenots alors que j’en ai déjà 2 superbes paires ? Non”, “est-ce que cette robe qui coûte un bras, vaut vraiment l’investissement, compte tenu, que je ne là porterai que 3/4 fois dans la saison ? Non”, “est-ce que je n’ai pas déjà un truc dans le genre ? Si - Bon alors, non !”. Voilà où j’en suis de mes réflexions…(je réfléchis beaucoup trop en ce moment pour une blonde ! Le chirurgien qui vient de me faire une greffe de peau à l’oreille m’a peut-être injecté quelques neurones ! Allez savoir ! :-)).

En gros, j’ai décidé que dorénavant, je ne mettrais le prix que pour de grosses pièces (tels que sac, chaussures, manteau ou veste) et que pour le reste ce sera soit du Cos & co ou alors, j’attendrais les soldes (qui démarrent  dans 2 mois, si on prend en compte les soldes privées, presse, etc). Et que je n’achèterais que des pièces qui marquent une vraie différence avec ce que j’ai déjà. C’est à dire pas de pièce double-emploi. La sagesse quoi !

Et vous, quel est votre état d’esprit en cette rentrée, concernant votre shopping-list ?